La première Miss Black France

 Samedi s’est tenue l’élection de Miss Black France. Le Point.fr était dans les coulisses de cette cérémonie, première du genre.

De gauche à droite : Romy Niaba dauphine, Mbathio Beye la gagnante et Aissata Soumah dauphine, lors de l'élection de Miss Black France 2012.

De gauche à droite : Romy Niaba dauphine, Mbathio Beye la gagnante et Aissata Soumah dauphine, lors de l’élection de Miss Black France 2012. © Collot / Sipa

“Une tête bien faite dans un corps bien fait.” Tel aurait pu être le slogan de la première élection Miss Black France, qui s’est tenue samedi soir, salle Wagram à Paris. Mbathio Beye, jeune Sénégalaise de 21 ans, lauréate de cette cérémonie qui a pour but de “célébrer la beauté noire”, prépare un master de stratégie marketing. Ses deux dauphines, Romy Niaba, 22 ans, d’origine ivoirienne, et Aissata Soumah, 23 ans, Guinéenne, sont étudiantes, respectivement en sciences politiques et en école de commerce.

Sélectionnées parmi un casting de 1 000 candidates, issues de toutes les régions de France, les 18 Miss en lice suivaient presque toutes des études supérieures. Côté scène, le spectacle n’avait rien à envier à l’élection de Miss France. “Port de tête, gestuelle, présence sur scène… Elles ont appris en quelques semaines seulement ce que les prétendantes à Miss France mettent plusieurs mois à assimiler”, affirme une ex-dauphine du concours de beauté d’Endemol. Frédéric Boyer, organisateur et créateur du concours Miss Black France, explique que l’objectif de ce concours est de célébrer “la beauté noire”, considérant : “L’élection Miss France n’est pas assez représentative de la diversité.”

Une minipolémique avait précédé la cérémonie. Alors que la France ne reconnaît aucune communauté ethnique, Patrick Lozès, fondateur du Cran, devenu en 2011 président du parti humaniste Allez la France, s’était interrogé sur le bien-fondé du concours Miss Black France. Il “ne peut que crisper l’opinion dans la période d’interrogations que traverse un pays en plein changement”, en plus d'”enfermer des jeunes filles dans une identité ethnique”, avait-il dénoncé à Associated Press. Signe rassurant : la cérémonie avait reçu le soutien de Geneviève de Fontenay, ancienne gardienne du temple des Miss. Samedi, malgré un cordon de CRS dressé devant la salle Wagram pour anticiper toute manifestation de personnes peu sensibles à la “beauté noire”, la cérémonie s’est tenue dans une ambiance musicale et très bon enfant.

REGARDEZ dans les coulisses du concours Miss Black France :

PHOTOS © Suliane Favennec

Advertisements

About EchoCulture.org

Echo Culture, créée en juin 2011 à Providence, Rhode Island (USA), est une association haitienne d’échanges culturelles, apolitique et à but non lucratif. Elle a pour mission de promouvoir l’art et la culture à travers des manifestations culturelles comme la danse, le theatre, la peinture et la litterature.

Posted on 30 April 2012, in Records. Bookmark the permalink. Leave a comment.

Leave a comment / Ecrire un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: