Blog Archives

Obama Visits Prison Where Mandela Was Jailed


Doug Mills/The New York Times

President Obama toured the prison cell where Nelson Mandela was held on Robben Island, South Africa, on Sunday. The prison is now a monument in honor of Mr. Mandela.

By 

CAPE TOWN — In the foreword to Nelson Mandela’s 2010 book of letters, President Obama wrote that “even when little sunlight shined into that Robben Island cell, he could see a better future — one worthy of sacrifice.”

On Sunday, Mr. Obama stood in that same, tiny prison cell — now a monument to Mr. Mandela, South Africa’s first black president — and showed his wife and two daughters the place where Mr. Mandela was incarcerated for 18 years during his long campaign to end the policies of racial apartheid and oppression in his country.

Later, Mr. Obama again invoked the legacy of Mr. Mandela, 94, who remained in critical condition at a Pretoria, South Africa, hospital, during a speech to the African people he delivered from the University of Cape Town.

In the speech, he called Mr. Mandela the ultimate testament to the process of peaceful change and said his daughters now understood his legacy better. “Seeing them stand within the walls that once surrounded Nelson Mandela, I knew this was an experience they would never forget,” Mr. Obama said.

Using the clan name that many people fondly use to refer to Mr. Mandela, the president said his daughters appreciate “the sacrifices that Madiba and others made for freedom.” Mr. Obama also recalled a speech delivered there by Robert F. Kennedy in June 1966. It was delivered even as Mr. Mandela was beginning his prison term, Mr. Kennedy hailed the push for civil rights in the United States, in South Africa and around the world.

“Each time a man stands up for an ideal, or acts to improve the lot of others, or strikes out against injustice, he sends forth a tiny ripple of hope, and crossing each other from a million different centers of energy and daring, those ripples build a current which can sweep down the mightiest walls of oppression and resistance,” Mr. Kennedy said.

The symbolism of Mr. Obama’s visit was impossible to miss: America’s first black president, whose wife is a descendant of African slaves, said this week that he might not have been elected were it not for Mr. Mandela’s ability to endure imprisonment and emerge to take power without bitterness or recrimination.

In a visitor’s book in a prison courtyard, Mr. Obama wrote that his family was “humbled to stand where men of such courage faced down injustice and refused to yield.”

“The world is grateful for the heroes of Robben Island,” he added, “who remind us that no shackles or cells can match the strength of the human spirit.”

For Mr. Obama, the visit to Robben Island, just off Cape Town, was part of an African trip that has been overshadowed to some extent by concerns about Mr. Mandela’s health. Instead of visiting the former leader, Mr. Obama chose to meet instead with Mr. Mandela’s family on Saturday, joining many in this nation who are passing on their prayers for his recovery.

Mr. Obama had been to Robben Island before, as a senator. In his foreword to Mr. Mandela’s book, “Conversations With Myself,” he recalled trying to “transport myself back to those days when President Mandela was still Prisoner 466/64 — a time when the success of his struggle was by no means a certainty.”

He also toured the limestone quarry where Mr. Mandela and other political prisoners were forced to work. Mr. Obama’s daughters, Malia and Sasha, listened as their tour guide, Ahmed Kathrada, a who served prison time with Mr. Mandela, described the area.

Sea birds squawked as Mr. Obama talked to his daughters about the history of the prison island, and of the role it played in the political movement of nonviolence started by Gandhi.

“One thing you guys might not be aware of is that the idea of political nonviolence first took root here in South Africa because Mahatma Gandhi was a lawyer here in South Africa,” the president told them. “When he went back to India the principles ultimately led to Indian independence, and what Gandhi did inspired Martin Luther King.”

A few minutes later, Mr. Obama and his family gathered in a small courtyard where Mr. Mandela and other prisoners were forced to work, and where they occasionally played sports. Along one wall stood lattices for grapevines behind which Mr. Mandela, while a prisoner, hid pages of a manuscript that eventually became his first book, “Long Walk to Freedom.”

Mr. Kathrada told the president that the pages were smuggled out of the prison. Pointing to a black-and-white photograph of prisoners at work in the courtyard, Mr. Kathrada told the Obamas that guards once took away the prisoners’ hammers and took pictures to show the world that the inmates were only doing light work. The hammers were soon given back, he said.

The Obamas crowded into the tiny cell overlooking the courtyard where Mr. Mandela spent nearly two decades. Inside the sterile, cinder block cell was a toilet, a thin mattress with pillows and a brown blanket. A single window looking into the courtyard has thick, white bars, matching the ones on the door to the cellblock’s hallway.

Mr. Obama lingered in the cell by himself. Photographers captured the moment as he stared out past the bars to the bright blue sky and sun shining down on the courtyard. He made no comments as he joined his family.

In his speech in Cape Town a few hours later, Mr. Obama announced plans to embrace the new sense of optimism about Africa’s future by creating American programs to help its nations develop more sustainable food programs, better health care networks and more reliable power grids.

He said the United States would invest $9 billion to help double the access to reliable electricity in sub-Saharan Africa. “The world will be watching what decisions you make. The world will be watching what you do,” Mr. Obama said. “My bet is on the young people who are the heartbeat of Africa’s story. I’m betting on all of you.”

The president leaves Cape Town on Monday morning for a day in Tanzania before heading home to Washington on Tuesday.

White House officials have declined to comment about whether Mr. Obama’s travel schedule will change in the event of Mr. Mandela’s death. But it is widely expected that the president would return to South Africa for the funeral.

South Africans are preparing themselves for that moment, with impromptu gatherings in front of Mr. Mandela’s home and at the hospital where he is being treated.

At a dinner with President Jacob Zuma of South Africa on Saturday night, Mr. Obama recited from the 19th-century poem “Invictus” that Mr. Mandela would read to other Robben Island prisoners.

“It matters not how strait the gate/How charged with punishments the scroll,” Mr. Obama read. “I am the master of my fate:/I am the captain of my soul.”

South African news media coverage of Mr. Mandela’s illness on Sunday focused on a bitter feud among Mr. Mandela’s family, which has become divided on where the former president should be buried.

On Friday, 16 members of the Mandela family initiated a lawsuit against Mr. Mandela’s grandson, Mandla Mandela, accusing him of secretly exhuming the remains of three of Mr. Mandela’s children in 2011 as part of a ruse to shift the family graveyard closer to his home.

Court documents cited in Sunday’s newspapers contained claims that the ancestral spirits of the Mandela family had been disturbed by the bodies’ removal, which was in turn contributing to Mr. Mandela’s suffering.

In a statement released on Sunday morning, Mandla Mandela said he would contest the lawsuit in court.

 

Source: The New York Times

 

 

Beyoncé chantera sur scène pour Barack Obama


Beyoncé assurera le show pour Barack Obama le 21 janvier ,devant le Capitole à Washington. (Crédits photo: Handout/Reuters)
Beyoncé assurera le show pour Barack Obama le 21 janvier ,devant le Capitole à Washington. (Crédits photo: Handout/Reuters) Crédits photo : © Handout . / Reuters/REUTERS

La jeune femme va interpréter l’hymne national, lors de l’investiture du président américain, le 21 janvier à Washington.

Beyoncé signera son retour sur scène, pour l’investiture de Barack Obama. La chanteuse fera partie des artistes qui se produiront, le 21 janvier prochain, devant le Capitole, à Washington, pour célébrer la réélection du président sortant. La cérémonie, qui était annoncée comme «modeste», prend des airs de show immanquable.

D’après USA Today, la jeune femme s’attaquera à l’hymne américain, The Star-Spangled Banner. Un entraînement à la hauteur pour l’interprète de Halo, qui se produira également lors de la mi-temps du Super Bowl, le 3 février.

Lors de l’événement, Beyoncé sera accompagnée de Kelly Clarkson, la première gagnante de l’émission American Idol qui se produira sur My Country, ‘Tis of Thee, un titre porté par Aretha Franklin, lors de la première investiture du président Obama. Le chanteur folk James Taylor, un incontournable outre-Atlantique, accompagnera les deux artistes, en interprétant America The Beautiful.

Un cinquième album au printemps

Le poème d’inauguration sera lu par Richard Blanco, un poète latin homosexuel. Son travail se veut être «l’intersection de son identité culturelle en tant qu’homme cubano-américain gay», rapportent les organisateurs. Un choix révolutionnaire pour Barack Obama, le premier président américain à se déclarer en faveur du mariage homosexuel.

En 2009, Christina Aguilera, Shakira, U2 et Usher avaient assuré le spectacle devant 400.000 personnes.

L’année démarre en trombe pour la compagne de Jay-Z. Absente de la scène musicale pour s’occuper de sa fille Ivy Blue, l’ancienne Destiny’s Child reviendra avec un cinquième album prévu au printemps. Un documentaire autobiographique qu’elle a réalisé et produit sera, par ailleurs, diffusé à la télévision américaine, le 16 février.

La Corée du Nord relance sa fusée


Pyongyang remet sur le pas de tir Unha 3 pour répondre à une triple équation : internationale, régionale et de politique intérieure.

Kim Jong-un est entré dans une épreuve de force avec la communauté internationale.Kim Jong-un est entré dans une épreuve de force avec la communauté internationale. © Ed Jones / AFPIl est de bon ton d’affirmer que la Corée du Nord est un État voyou imprévisible guidé par la démence tyrannique des Kim. L’annonce par Pyongyang, samedi, du lancement prochain d’une nouvelle fusée démontre en tout cas que les stratèges nord-coréens ont la tête bien sur les épaules et un art consommé du timing. Sur le plan stratégique comme tactique, la décision fracassante de remettre sur le pas de tir leur fusée Unha 3 pour placer sur orbite “un satellite d’observation terrestre” répond habilement à une triple équation internationale, régionale et de politique intérieure.

En bravant les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU, la fusée, qui sera lancée entre les 10 et 22 décembre, vise à marquer des points aussi bien face aux États-Unis qu’à la rivale Corée du Sud, mais aussi à renforcer le prestige du jeune leader Kim Jong-un, un an après son accession au pouvoir suprême. “Ils veulent profiter d’une fenêtre de tir politique”, analyse Paik Haksoon, chercheur au Sejong Institute, à Séoul.

D’abord, sur le plan stratégique, Pyongyang joue à merveille avec le calendrier des grandes puissances. Le jeune Kim Jong-un a su patiemment attendre son heure, faisant profil bas pendant les transitions politiques qui se sont déroulées cet automne à Pékin et à Washington. Pour ne pas exaspérer un peu plus son parrain chinois, le dirigeant nord-coréen s’est abstenu de tout coup d’éclat durant le délicat passage de témoin entre Hu Jintao et le nouveau numéro un chinois Xi Jinping.

“Grave provocation”

Surtout, le royaume ermite a observé de près le duel Obama-Romney et s’est bien gardé d’utiliser ses cartouches tant que l’identité du président américain n’était pas connue. Pas question de gâcher de précieuses munitions à perte. Un accord secret aurait même été passé cet été avec la Maison-Blanche pour épargner au président sortant une crise en pleine campagne électorale, affirme la presse sud-coréenne. Ainsi, un mystérieux vol de l’US Air Force avec à son bord un conseiller d’Obama s’est rendu à Pyongyang le 17 août dernier, selon le quotidien Donga Ilbo.

Il faut croire que les espoirs nord-coréens d’un geste d’ouverture en retour ont été déçus. “Obama n’a fait aucune proposition créative pour relancer les négociations. La fusée est un message envoyé à la récente administration pour se rappeler à son bon souvenir”, explique Paik Haksoon. Car dès le lendemain de sa réélection, le président démocrate s’est rendu à Rangoon, un ancien allié de Pyongyang d’où il a appelé le régime nord-coréen à s’inspirer des réformes du printemps birman. Une véritable provocation pour la dynastie des Kim qui redoute plus que tout l’indifférence de Washington.

Le Nord ouvre donc délibérément un énième chapitre de tension avec l’Amérique. Comme prévu, le Département d’État a immédiatement dénoncé le projet de lancement comme une “grave provocation”, soulignant qu’il contrevenait aux résolutions du Conseil de sécurité qui interdisent au Nord l’usage de toute technologie balistique. Pour le Pentagone, la fusée Unha 3 camoufle un test de missile Taepodong 2 d’une portée théorique de 6 700 kilomètres qui pourrait un jour menacer le territoire américain.

Pression

Pyongyang réplique aux accusations américaines en proclamant son droit souverain à l’exploration spatiale “pacifique” et a choisi, là encore, le moment favorable pour justifier ses positions. Car la semaine dernière, sa rivale capitaliste, la Corée du Sud, alliée des États-Unis, a tenté d’envoyer dans l’espace sa première fusée “Naro” développée conjointement avec la Russie. En relançant Unha 3 dans la foulée, le Nord peut souligner à souhait le “deux poids-deux mesures” de la communauté internationale, avec l’appui tacite de la Chine et de nombreux pays en développement.

D’autant qu’en cas de succès d’Unha 3, le jeune leader touchera le jackpot en matière de propagande tout juste un an après son accession au pouvoir. Car la fenêtre de tir coïncide parfaitement avec la célébration du premier anniversaire de la mort de son père Kim Jong-il le 17 décembre, à qui il a succédé. À l’heure où le fossé économique avec le Sud est béant, ce succès technologique face au frère ennemi serait un triomphe pour le jeune Kim, alors qu’il tente d’établir son emprise sur ses 23 millions d’habitants. Les scientifiques nord-coréens affirment avoir corrigé les “erreurs” ayant conduit à l’échec du lancement de la fusée en avril dernier, qui avait explosé au-dessus de la mer Jaune.

Enfin, cerise sur le gâteau, le tir d’Unha 3 permet de provoquer une dernière fois le président sud-coréen Lee Myung-bak, surnommé le “traître” par la propagande, quelques semaines avant la fin de son mandat. Lee, avocat d’une ligne dure face au Nord, a immédiatement accusé le Nord de vouloir brouiller l’élection présidentielle prévue le 19 décembre. Là encore la date choisie pour le tir n’est pas anodine. Cette nouvelle crise dans les relations intercoréennes permet d’accentuer la pression sur les deux principaux candidats à la succession Lee sans pour autant brûler les ponts avec la future administration qui prendra ses fonctions en 2013. “La fusée peut être une façon de faire monter les enchères avant de s’asseoir à la table des négociations l’an prochain”, analyse une source diplomatique occidentale basée à Séoul. Bref, si Unha 3 s’annonce comme un cadeau de Noël empoisonné à la Maison-Blanche, elle est tout sauf un caprice insensé du dictateur le plus mystérieux de la planète.

Source: Le Point

Obama, Thanksgiving et la peine de mort


Pour Daniel Salvatore Schiffer, le président des États-Unis a pris ceux qui croyaient en lui pour les dindons de la farce

218 exécutions par injonction létale ont déjà été effectuées depuis que Barack Obama a été élu président des États-Unis en 2008.218 exécutions par injonction létale ont déjà été effectuées depuis que Barack Obama a été élu président des États-Unis en 2008. © Mandel Ngan / AFPQuel grand humaniste, ce Barack Obama ! Il s’apprête en effet, son large sourire aux lèvres et sa charmante petite famille à ses côtés, à gracier deux dindes, qui viennent d’être acheminées sous escorte policière dans le luxueux hôtel W de Washington, comme il le fait chaque année, depuis son élection à la présidence des États-Unisd’Amérique. L’événement aura lieu tout à l’heure, lors d’une très officielle cérémonie, comme tous les quatrièmes jeudis du mois de novembre, à l’occasion de Thanksgiving : fête traditionnelle depuis 1671. Une époque des guerres amérindiennes, au premier grand repas historique que les colons anglo-saxons du Nouveau Monde concoctèrent pour remercier Dieu – d’où le nom de “thanksgiving”, signifiant “actions de grâce” – de leur avoir octroyé une victoire aussi providentielle qu’inespérée (de leur point de vue) sur les indigènes. En d’autres termes, les Indiens.

Le premier génocide de l’histoire

D’où notre perplexité : étrange, donc, que ce président, Prix Nobel de la paix et dont les ancêtres furent des esclaves, se prête d’aussi bonne grâce (c’est le cas de le dire) à la commémoration de ce qui s’avéra ainsi là, via cette sanguinaire guerre de conquêtes territoriales, le prélude au premier génocide – la quasi-extermination des Indiens d’Amérique, précisément et, plus tard, leur abjecte concentration en d’infâmes réserves dites “naturelles” – de l’histoire moderne !

Mais passons : il est vrai qu’Obama, qui n’aura strictement rien fait jusqu’ici pour mériter les honneurs de l’Académie d’Oslo, hormis quelques beaux discours théoriques (c’est plutôt le prix Nobel de littérature, censé récompenser phrases et mots, qu’il aurait alors fallu lui attribuer), n’en est plus à une contradiction ni à une baliverne près. Que la nation que ce bavard préside depuis maintenant près de cinq ans – et que l’on dit par ailleurs être (sans rire) la plus grande démocratie du monde – occupe la troisième place du podium en matière de peine capitale, juste derrière l’Iran et la Chine, mais avant même les dictatures religieuses pratiquant la charia (l’Arabie saoudite, le Bahreïn, le Qatar, la Somalie…), ne semble pas trop le déranger. Pas un seul petit mot, en effet, n’a jamais été prononcé par son illustre personne, pourtant friande donc de belles paroles, à l’égard des condamnés à mort de son pays, où la Californie vient par ailleurs de rejeter, à une écrasante majorité, l’abrogation de la peine de mort.

Exécutions capitales

Pensez : 218 exécutions par injonction létale (l’un des pires supplices qui soit) ont déjà été effectuées depuis que Barack Obama a été élu président des États-Unis, en 2008, sans que celui-ci trouve à redire, du moins publiquement, ni même bronche ! À ceux qui voudraient le détail des chiffres, en ce macabre décompte d’assassinats légalisés (il est vrai très “high-tech” malgré parfois leurs très cruels “ratés” pour les plus inexpérimentés de ces bourreaux) dans les pénitenciers yankees, le voici donc : 37 en 2008 ; 52 en 2009 ; 46 en 2010 ; 43 en 2011 ; 40 pour l’instant en 2012. Une bonne et très stable moyenne, apte à satisfaire ces tortionnaires en col blanc et cravate “regimental” qui ne jurent que par la Bible : “In God we trust”, assure même, dans un bel encadré sur fond de billet vert, le sacré dollar !

Certes sais-je pertinemment bien que le président américain, aussi puissant soit-il, ne dispose d’aucun pouvoir au sein des 33 États (sur les 50 qui composent les États-Unis) pratiquant encore cet inique et barbare châtiment. C’est là une prérogative, quasiment exclusive, de leur gouverneur respectif. Mais enfin, les abolitionnistes (dont je suis) de la peine de mort s’attendaient tout de même à ce qu’un homme aussi influent que Barack Obama profite de son incomparable stature politique, auréolée du très prestigieux prix Nobel de la paix de surcroît. Ils espéraient qu’ils tentent d’infléchir un tant soit peu, nanti de sa bonne parole justement, la conscience de ceux qui décident ainsi, sans pitié ni remords et avec une insensibilité défiant tout cynisme, du sort – la vie ou la mort – de dizaines d’êtres humains, et parfois, qui plus est, innocents (tels Troy Davis ou Hank Skinner, tous deux victimes d’une terrible erreur judiciaire) ou à la limite de la déficience mentale (telle Teresa Lewis, qui, à l’époque du crime dont elle a été accusée, était sous l’emprise du véritable meurtrier).

D’où cette seconde perplexité : que ne sont-ils donc, ces pauvres hommes et femmes retenus captifs dans les angoissants couloirs de la mort, des dindes ? Peut-être auraient-ils ainsi un jour la chance, paradoxalement, de trouver grâce aux yeux de l’inénarrable Obama, ce démagogue hors pair (avec un autre silence assourdissant, allié à une non moins consternante inaction, sur le processus de paix au Proche et Moyen-Orient, sur le camp de prisonniers de Guantánamo, sur le port d’armes à feu, sur l’émergence de l’intégrisme islamiste au sein des révolutions arabes…), dont les plus naïfs d’entre nous – ceux qui ont cru un peu trop rapidement à ses discours de circonstance et autres vaines promesses – se révèlent être aujourd’hui les dindons de la farce !

Click here to find out more!

Par DANIEL SALVATORE SCHIFFER

Philosophe, auteur de “La Philosophie d’Emmanuel Levinas – Métaphysique, Esthétique, Ethique”(Presses Universitaires de France), porte-parole francophone du Comité International contre la Peine de Mort et la Lapidation (“One law For All”), dont le siège est à Londres.

%d bloggers like this: